Venez ! Rentrez ! Ne soyez pas timides…

Nous sommes là, sur la scène, et nous vous attendions ! Prenez place, parents et enfants ! Ouvrez bien grands vos oreilles et vos yeux, car l’histoire que nous allons vous conter ne se lit pas comme dans un livre. Nous allons vous la conter en jouant de la musique, et en dansant !

Il était une fois quelque part
Une rencontre, une histoire…
Voulez-vous la connaître, la savoir ?
Ouvrez bien vos oreilles…pour la voir…

Cap ou pas cap 17C’est l’histoire de deux bancs qui vécurent la plus belle de toutes les rencontres !

Celle de deux grands enfants, Emilie et Enzo, qui deviennent les plus grands amis du monde ! Ils se taquinent, rient, jouent, dansent, et enchaînent défis sur défis. Quoi de plus réjouissant que de renverser le décor, de se retourner dans tous les sens et de se prendre pour les rois du monde ?!

Enzo et Emilie deviennent comme cul et chemise, absolument inséparables, se poussant l’un et l’autre jusqu’à ses propres limites… Si bien qu’ils finissent par se retrouver collés l’un à l’autre !

Ils n’auraient jamais pensé
Finir autant attachés
Quelle puissance, ce lien d’amitié !
Celui dont on a toujours rêvé.
Mais cette relation, cette complicité
Combien de temps cela va-t-il durer ?

Cap ou pas cap 8

Plus les défis se relèvent, et plus il faut en réinventer d’autres ! Jusqu’où sont-ils prêts à aller pour s’épater l’un et l’autre ? Dans l’histoire, le musicien est tout aussi présent que les danseurs car il donne le rythme à l’histoire, il crée des moments de joie et de rire, d’autres moments plus calmes et plus sombres

Des moments de tension, des moments de détente, parfois de colère, de passion, de jeu, et pourquoi pas aussi des moments de folie

Apprendre à mieux se connaître

Le spectacle joue donc beaucoup sur les différentes émotions et cherche à éveiller la sensibilité des enfants. Qui suis-je ? Comment suis-je ? Qu’est-ce que je ressens ? Tristesse, joie, colère, jalousie ?

Cap ou pas cap 11Les personnages ont deux personnalités différentes, mais n’en ont pas forcément conscience puisque c’est dans leur nature. Chaque spectateur va choisir de s’identifier à l’un de ces deux personnages, à celui ou celle qui lui ressemblera le plus et qui le confortera dans son comportement.

Dans l’histoire, le garçon est de nature timide, sensible et réservé, et même s’il finit par se prendre au jeu, il a peur de s’égarer dans l’inconnu. Au contraire, la fille est extravertie, curieuse, joueuse, et même si elle se montre parfois tendre et rassurante, c’est aussi et surtout une sacrée chipie qui prend plaisir à embêter son voisin.

Cap ou pas cap 6Le spectacle montre que c’est grâce à l’autre que l’on apprend à connaître, à découvrir ses limites, et à choisir de les dépasser ou non. L’autre est un miroir, il nous renvoie notre reflet, il nous renvoie ce que l’on est. On exige tout naturellement de lui qu’il nous renvoie une belle image de nous-même, qu’il nous respecte comme on est.

Comprendre la moralité de l’histoire

Les enfants appréhendent beaucoup ce regard car ils sont en pleine construction de leur identité, ce pourquoi ils sont d’autant plus sujets à la honte que les adultes. Ce spectacle montre avec tendresse que le ridicule ne tue pas, et que même dans les pires situations, on peut toujours s’en sortir en rigolant.Cap ou pas cap 18

Ce spectacle montre aux enfants combien le jeu du « cap ou pas cap ? » peut être à la fois révélateur sur nous-mêmes, et à la fois dangereux ! Et oui, les autres nous font parfois faire des choses très bêtes, il faut faire attention à ne pas se laisser emporter par l’envie d’être meilleur qu’un autre.

Les enfants veulent s’impressionner les uns les autres, ils veulent prouver qu’ils sont plus forts, plus grands, plus « classes », plus riches, plus, plus, toujours plus ! Ils déclenchent alors des situations de duel, et quand la guerre est déclarée, rien ne peut plus les arrêter ! La colère prend le dessus sur la sagesse, et patatrac, voilà les bêtises qui arrivent !Cap ou pas cap 7

Nous voulons montrer aux enfants combien il est dommage d’en arriver à des conflits aussi violents, et les amener à réfléchir à leur comportement. Nous voulons les amener à être capables d’anticiper ce genre de situation et de pouvoir les stopper à temps avant qu’elle ne dérape. Nous voulons les prévenir de la dangerosité de la colère.

L’apprentissage musical

Une autre idée du spectacle est celle de faire découvrir aux enfants une diversité de sons différents :

  • Les 3 familles d’instruments : les vents, les cordes et les percussions
  • Différents rythmes et styles (« l’étiquette sonore ») : valses, salsa, rock, jazz, samba, charleston/swing, tango, flamenco, funk, balade, blues, etc …
  • Les nuances sonores : faible (piano), forte (forte), crescendo/decrescendo, grave/aigu, …
  • Les couleurs musicales en relation avec les différents sentiments et les différentes émotions.

Cap ou pas cap 20Les spectateurs voyagent donc à travers une explosion de saveurs musicales.

Danse et musique sont fusionnelles. Les danseurs interprètent avec leur corps les sons qu’ils entendent, ils les matérialisent en quelque sorte, ils leur donnent un côté humain. Musicien et danseurs communiquent sans cesse les uns avec les autres.

Le musicien peut suivre les danseurs tout comme il peut les contrôler. Au milieu du spectacle, le musicien décide de prendre possession des danseurs avec ses instruments et, comme par magie, les manipule en jouant huit différents styles de musique. Les danseurs sont contraints de danser les huit différents styles de danse qui leur sont attachées.

Je tiens à vous féliciter une nouvelle fois. Vous nous avez offert une création et un spectacle d’une très belle qualité ! Bravo aux chorégraphes, vous avez beaucoup de talent ! Le lien histoire, danse, musique est très bien pensé. Personnellement, je suis ressortie de là tout simplement heureuse, rire, émotion, beauté visuelle, tout y était pour nous mettre sur un petit nuage.

Guenola Vienne
Présidente de l’association des parents d’élèves du
Conservatoire de musique de Ronchin

Ce diaporama nécessite JavaScript.